contenu principal du site

Objectif nul

Les temps s'organisent au plus pressé, au plus adulte. Définir et oublier, finir et délaisser. Pas une âme de paix, de joie, juste du rabat-joie. Quand l'enfant pari sur la beauté du cœur, je fond en larme, je prend parti et je regrette à l'infini. Je vois l'absurdité et la tristesse qui en découle. je vois ma fille éplorée et son enfance qui s'écroule. Elle voudrait tant, son monde d'enfant, ses parents pour elle et unis, ce qu'elle voit désespérant, de questionnements inabouties.

Je la chérie, à ça c'est sûr, mais je ne peux la rassurer quand elle me demande, élégamment, quand je vais me réconcilier. Et lui expliquer à l'absurde, que tout est fini, stop, terminé. Ne plus penser qu'un jour ou l'autre tout pourrait recommencer.

Et elle est là, et elle y croit, j'ai beau lui dire, elle n'y tient pas. tout ce qu'elle veut, c'est manifeste, voir ses parents qui reconnectent. Mais les parents sont divergents, mais les parents sont différents. Et les parents sont absolus et les parents sont dissolus.

...