contenu principal du site

Chouette !

Échelle des lumières, clair-obscur, peut-être gris clair. Quand les mots ne veulent rien dire et s'assemblent en destin tourmenté, qu'y voir ? Un festin d'âme damnée ? Ne plus rien avoir à dire et ne plus rien dire non plus. Se fermer à clefs. Vérouiller ou se plaire, dérouiller ou se taire. La poésie des mots masque le tournant des crânes qui font masturbation des embarras de narcisse. L'écriture ne sert plus la grande cause qu'est ma chose. Elle devient faire-valoir, elle provoque l'ennui qui s'immisse, évidence, quand tout sonne faux, laisse croire.

Je ne raconte rien. J'assemble des belles phrases. Je rédige un devoir de moi-même en exil. Un piètre résumé.

Tout perfide vite, trop vite... Tout sent le sapin, trop feint. Le ciel est vertical, l'esprit horizontal, encore des mots abscons qui dessinent l'invariant. Invariante ma candeur à croire tout et tout le monde. Invariante ma raison à sublimer la vie. Invariante mon ivresse à grammer mes sanglots. Longs, des violons de l'automne, bercent mon cœur... Mille et une façon de remplir la page blanche. Copie-double infectée de bleus, de rouge, d'acide. Les mots sont survivants, ils n'appartiennent plus. J'écris n'importe quoi. Sur-surréalisme hypra-conducteur. Moultes super-hyper, moultes volte-faces.

Non... Je n'ai rien d'un saint. Je brandis ma faiblesse. Flambeau ardant, joyeux de tant de maladresses. Croire en soi, croire en soit... Est-ce possible ? Longtemps, obstinément ? Je doute, oui... je doute. Peut-être est-ce l'air du temps.

Dans un coin de ma tête, un recoin tout tranquille, vivent des histoires, existent des aventures que je laisse échapper aux enfants, aux tournants des soirs sans lunes.

Il fait trop chaud, trop tôt, trop demain, pas assez ? Je ne sais pas... J'absurde dans la continuité du monde que je connais ou les mots n'ont pas de sens ou un seul. Unique, précieux, fini. Pleins d'origamis, de géants de papier, qu'on découpe graciles, qu'on jette par les fenêtres et qu'on regarde vivre, pour eux, un peu, quand même...

Quand bien même...

Quand m'aime...