contenu principal du site

Clichés

À l'horizon de ma vie, s'étirent les tracés de ma jeunesse au déclin. En élastique. J'y vois mes restes d'idéaux qui se déconstruisent à mesure.

Cliché. La roue tourne, inexorable. Je modère le révolutionnaire, l'anarchiste devient libertaire. Le temps œuvre à sa guise, annihile les ardeurs et l'homme mûr se fait responsable, laborieux, consciencieux. Je me fond dans le moule et acquière des rêves communs. En symptômes d'une sociabilisation inéluctable, les désirs se matérialisent, argent, voitures, maisons, enfants, chiens, épargne populaire... Infernale poursuite d'un bonheur en instance.

Cliché. Étapes d'existence en successions identiques. Des enfances similaires de traumatismes psychanalytiques. Des adolescences – rois-du-monde – en rejet des ordres établis, dénis des autorités, à jouer avec la vie. Des vies de trentenaire à tenter de construire. Déjà les schémas changent. Et nostalgiques déjà. Un soupçon de pessimisme.

Cliché. L'âge de raison ou je m'interdirai plus que je ne m'autoriserai. Ma propre réduction des espaces me confinera, borné. Intransigeant, circonspect, brandir mes vérités en étendards du vieux con. Et je serai celui que j'ai longtemps rejeté. J'éduquerai, conseillerai, en mon âme et conscience, montrerai les limites à ne pas dépasser, celles-là même qui m'auront toujours effrayées.

Cliché. Mon abdomen, reflet de mon état. Rondouillard et gonflé de a) mes économies, repas gastronomiques, épargne astronomique, richesse matérielle, b) mes excès alcooliques, repas trop caloriques, soirées anxyolitique, déchéance corporelle. Indigence intellectuelle. Indigence temporelle.

Cliché. Retraité, fatigué, à l'arrêt. Vacances, enfin, en attendant la suite. Je deviendrai agneau et pardonnerai la fuite. ballotté, prisonnier, de foyers en asiles, je sourirai au monde, philosopherai la vie. Je prierai pour les miens, je croirai au destin. Je me porterai bien. Et ce, jusqu'à la fin.

Cliché enfin ceci. Tout cela n'est que récit. Minuscules pensées, vagabondage d'esprit. Des phrases à bon marché. Une heure d'après-midi. Sans prétention, ni prédiction.

De demain, je ne sais rien.